Sisyphus

Une interaction cyclique de robots

CONSTRUCTION, DECONSTRUCTION.

Créée par Kachi Chan (IALab), « Sisyphus » est une installation mettant en scène des robots engagés dans une interaction cyclique sans fin. Les petits robots construisent des arches en briques, tandis qu’un robot géant les éboule. Voici un récit de construction et de déconstruction.

un robot au centre d'un plateau

L’œuvre tire son nom d’un personnage de la mythologie grecque, Sisyphe, condamné à pousser chaque jour un rocher en haut d’une colline pour le voir ensuite redescendre.

Sisyphus est un commentaire sur le climat socio-politique actuel, où les systèmes d’autorité et de résistance s’affrontent continuellement. La répétition est explorée dans cette pièce à travers l’interaction de deux systèmes robotiques contrastés ; l’un petit et agile, l’autre puissant et oppressant – le Sisyphe grec représentant l’un ou l’autre ou les deux.

« Malgré l’écart qui existe entre la taille des deux robots, leur lutte est sans fin. Le robot géant ne fait aucune concession et continue à écraser les arcs de briques. Cependant, même une fois détruits, les petits robots continuent à construire de nouveaux arcs en briques, manifestant ainsi une résistance collective par des actions individuelles autonomes. Ici, le statu quo est continuellement remis en question par de petits actes dispersés qui perturbent le pouvoir absolu du robot géant. La persistance des petits robots et leur capacité à propager de nouvelles formes de résistance à petite échelle rendent tous les efforts valables, par opposition à « futiles ». Ainsi, Sisyphe symbolise non seulement la confrontation entre le pouvoir et la résistance, mais aussi l’espoir qui accompagne la possibilité de changement.« 

un petit robot construisant une arche

L’installation utilise le système ROS (Robot Operating System), la vision par ordinateur, pour faire fonctionner le petit robot – la caméra cherche une surface rectangulaire (la surface de la brique tournée vers le haut), puis elle utilise la trigonométrie pour calculer la distance et l’angle par rapport à elle-même (le petit robot), puis elle effectue le ramassage – Fusion 360. Le petit robot est fabriqué à partir de servomoteurs Dynamixel (XM 430 et XL430), du bras robotique PincherX150 et d’impressions 3D personnalisées. Le grand robot est un Kuka KR60.

Kachi Chan

Globalmixtape 137

60 minutes live mix – JUIN 2022

00:00 Intro
00:22 Horsegirl – Option 8
03:43 Courting – Loaded
07:12 Santigold – High Priestess
10:18 Marcia Griffiths – Shimmering Star
14:25 Rex Orange County – THE SHADE
17:19 Ezra Furman – Forever In Sunset
21:29 Dehd – Bad Love
23:52 Kakkmaddafakka – Strom
27:22 Working Men’s Club – Ploys
30:18 Alfie Templeman – Candyfloss
33:04 Mattiel – Cultural Criminal
35:42 Elvis Presley – Sweet Caroline (Live Las Vegas 1971)
38:12 Amen Dunes – Song To The Siren
41:50 Green/Blue – In Lies
44:20 The Libertines – I Get Along
46:57 Straw Man Army – Day 49
49:42 Clap Your Hands Say Yeah – Room At The Top
52:32 Tierra Whack – Stand Up
55:16 La Luz – Endless Afternoon
59:46 Final

Listen on Apple Podcasts
podcast icon

Globalmixtape 136

60 minutes live mix – MAI 2022

00:00 Intro
00:21 Mattiel – You Can Have It All
03:33 Kakkmaddafakka – Sixth Gear
06:44 Alfie Templeman – Colour Me Blue
09:50 Cuco – Caution
12:36 Labrinth – Dracula
15:19 Deanna Petcoff – I Don’t Wanna Get Over You
17:47 Les Calamités – Toutes Les Nuits
20:25 Peaness – Worry
24:15 Straw Man Army – Underland
26:37 The Chats – Stuck By Lightning
28:16 Courting – Tennis
32:11 Horsegirl – Anti-glory
35:37 Hugo Blanco y Su Arpa Viajera – Infinito
39:06 The Smile – Pana-vision
43:04 The Doug – Jeune The Doug
45:46 Donna Blue – Solitaire
48:32 Wet Leg – Ur Mum
51:48 The Jam – That’s Entertainment
55:05 Sorry – Ther’s So Many People That Want To Be Loved
59:03 Final

Listen on Apple Podcasts
podcast icon

Pionnières : artistes dans le Paris des années folles

Musée du Luxembourg (Paris)
2 MARS – 10 JUILLET 2022

Très longtemps marginalisées et discriminées, les artistes femmes de la première moitié du XXeme siècle ont néanmoins occupé un rôle primordial dans le développement des grands mouvements artistiques de la modernité sans pour autant être reconnues de leur vivant. Ce n’est que récemment que leur rôle dans les avant-gardes est exploré.

peinture d'une tahitienne
Amrita Sher-Gil : Autoportrait en Tahitienne (1934)

Réinscrire dans l’histoire de l’art en transformation : du fauvisme à l’abstraction, en passant par le cubisme, Dada et le Surréalisme notamment, mais aussi dans le monde de l’architecture, la danse, le design, la littérature et la mode, tout comme pour les découvertes scientifiques. Face aux conventions établies cantonnant les femmes à certains métiers et stéréotype, elles expriment de multiples manières la volonté de redéfinir le rôle des femmes dans le monde moderne. Après la révolution russe et la Première Guerre mondiale, la remise en cause du modèle patriarcal pour des raisons pratiques, politiques et sociologiques, s’accélère. Les femmes gagnent en pouvoir et visibilité et les artistes vont donner à ces pionnières le visage qui leur correspond.

peinture femme assise robe rouge
Suzanne Valadon : Jeune femme aux bas blancs (1924)

Cette euphorie avant la tempête se joue surtout dans quelques capitales où Paris tient un rôle central, et plus précisément les quartiers latin, de Montparnasse et de Montmartre. La crise économique, la montée des totalitarismes, puis la Seconde Guerre mondiale vont à la fois restreindre la visibilité des femmes, et faire oublier ce moment extraordinaire des années 20 où elles avaient eu la parole.

Des artistes connues comme Suzanne Valadon, Tamara de Lempicka, Marie Laurencin côtoient des figures oubliées comme Mela Muter, Anton Prinner, Gerda Wegener. Ces femmes viennent du monde entier, y compris d’autres continents où certaines exporteront ensuite l’idée de modernité : comme Tarsila Do Amaral au Brésil, Amrita Sher Gil en Inde, ou Pan Yuliang en Chine.

composition abstraite
Marcelle Cahn : Composition abstraite (1925)

« Les nouvelles Eves »

Elles sont les premières à avoir la possibilité d’être reconnues comme des artistes, de posséder un atelier, une galerie ou une maison d’édition, de diriger des ateliers dans des écoles d’art, de représenter des corps nus, qu’ils soient masculins ou féminins, et d’interroger ces catégories de genre. Les premières femmes à avoir la possibilité de vivre leur sexualité, quelle qu’elle soit, de choisir leur époux, de se marier ou pas et de s’habiller comme elles l’entendent. Leur vie et leur corps, dont elles sont les premières à revendiquer l’entière propriété, sont les outils de leur art.

affiche exposition femmes artistes

Les grandes dames de l’Art – Podcasts

Musée du Luxembourg – Le Grand palais – Paris